le
Réalisme

 

 

Histoire 19e
19e siècle
Romantisme
Chateaubriand
Lamartine
Hugo
Balzac
Stendhal
Nerval
Baudelaire
Flaubert
Réalisme
Maupassant
Naturalisme
Verlaine
Rimbaud
Mallarmé

 

 

 

L'art, la littérature transcrivant le réel sont-ils une illusion, ou une impossibilité, comme le prétendait Baudelaire? Bien plus tard, Albert Camus reconnaît pourtant que si "en fait l'art n'est jamais réaliste, il a parfois la tentation de l'être".

Après le romantisme, la littérature de la seconde moitié du 19e siècle explore ce qui a été nommé le "réalisme d'observation". Il est possible d'évoquer dans les causes de cette émergence un certain déterminisme : avec la révolution de 1848, la masse anonyme du peuple apparaît brutalement sur la scène sociale et politique, au détriment de l'individu, du moi personnel, longtemps cultivé par les romantiques.

En même temps, la pensée positiviste s'impose de plus en plus dans les milieux philosophiques et scientifiques. Les positivistes français (Hippolyte Taine, Auguste Comte), tentent de rendre compte de l'histoire de l'humanité par une argumentation rationnelle, largement inspirée par la théorie darwinienne sur l'évolution des espèces. Le scientisme, dont Ernest Renan (1823-1892) est le porte-parole (L'avenir de la science, publié en 1889 mais rédigé en 1848), devient une nouvelle religion, basée sur la croyance que le progrès scientifique peut assurer le bonheur de l'humanité, qui supplante peu à peu le dogme chrétien. Dans sa Vie de Jésus, premier volume des Origines du Christianisme (1868), Renan dénie au Christ une nature divine.

Le contexte historique, aussi bien que des idées, est donc favorable à la production d'une littérature plus descriptive qu'intuitive, une textualité fondée sur l'analyse des milieux sociaux observables, plutôt qu'imaginés.

Champfleury, en 1857, dans un ouvrage intitulé Le Réalisme, définit en ces termes la théorie du mouvement: "La reproduction exacte, complète, sincère du milieu où l'on vit, parce qu'une telle direction d'études est justifiée par la raison, les besoins de l'intelligence et l'intérêt du public, et qu'elle est exempte de mensonges, de toute tricherie."

L'écrivain réaliste préfère donc le réel au romanesque, et en conséquence, l'objectivité à la subjectivité. La méthode adoptée aura donc un caractère scientifique, les faits seront établis et décrits à partir de l'observation et d'une documentation précise.

La littérature réaliste a réuni des noms prestigieux : Gustave Flaubert (malgré lui), son disciple Guy de Maupassant, les frères Edmond et Jules de Goncourt (1822-1896 et 1830-1870) et, dans une sorte d'apothéose qui a été nommée le naturalisme, Emile Zola.

 

 

 

home | French at HKU

© Denis C. Meyer-2009