Victor
Hugo
(1802-1885)

Histoire 19e
19e siècle
Romantisme
Chateaubriand
Lamartine
Hugo
Balzac
Stendhal
Nerval
Baudelaire
Flaubert
Réalisme
Maupassant
Naturalisme
Verlaine
Rimbaud
Mallarmé

 

 

La création monumentale

Victor Hugo est l'un des monuments principaux de la littérature française en raison de l'impressionnante abondance de l'oeuvre, mais aussi de la diversité des genres qu'il a explorés (roman, théâtre, poésie, récits, essais, etc).

Victor Hugo est conscient de son rôle d'inspirateur: par son engagement politique d'abord, qui lui a valu, de 1850 à 1870, sous le règne de Napoléon III, vingt ans d'exil dans les îles de Jersey et Guernesey, au large des côtes de Normandie; par sa conviction ensuite que le poète a une mission à remplir, celle d'éclairer le peuple, qui vit sous la domination des oppresseurs au pouvoir.

Ainsi, Hugo utilise ses dons littéraires immenses pour parler à la fois aux foules anonymes du peuple et à ses dirigeants :

Le poète en des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs
Il est l'homme des utopies
Les pieds ici, les yeux ailleurs
C'est lui qui sur toutes les têtes
En tout temps, pareil aux prophètes
Dans sa main, où tout peut tenir
Doit, qu'on l'insulte on qu'on le loue
Comme une torche qu'il secoue
Faire flamboyer l'avenir

Les Rayons et les ombres

L'oeuvre romanesque de Hugo s'ouvre avec Notre Dame de Paris (1831), qui rencontre un très grand succès populaire à l'époque. Avec Claude Gueux (1834), son roman suivant, puis les dix tomes des Misérables en 1862, Victor Hugo se pose en défenseur et se fait la voix du petit peuple et des pauvres, fait unique dans la littérature française jusque là, dont les thèmes (aussi bien que les acteurs) semblaient limités aux mondes de l'aristocratie et de la bourgeoisie. D'une certaine manière, Victor Hugo incarne les changements profonds qui se produisent dans la societé française de l'époque, avec en particulier l'accès à la littérature des masses populaires.La poésie de Hugo est une gigantesque incantation au mystère de la création, à son génie. Elle célèbre aussi la divinité de la nature et l'impuissance fondamentale de l'homme au sein de cet univers qui le dépasse. Quoique souvent caractérisé par de longs développements, le style de Hugo est inspiré, et ses inventions puissantes. Les images, les associations substantifs/qualificatifs ("l'horreur des forêts formidables"), le rythme, le patient travail sur les assonances sont impressionnants. Ce qui frappe en lisant Hugo, c'est qu'une telle abondance du verbe, une telle prolixité dans la création littéraire puissent encore paraître naturelles. Hugo s'inscrit dans un courant religieux hétérodoxe, le spiritisme, qui s'est diffusé en Europe depuis le 18e siècle, bénéficiant de la diminution de l'influence de l'église chrétienne. Les points les plus importants de sa pensée peuvent être résumés ainsi:

    Pour être, la création devait être imparfaite, sinon elle ne pouvait pas se distinguer de son créateur, qui est parfait.

L'être ainsi créé a chuté parce qu'il a été entraîné par la matière faite de mal et de négativité.

La dispersion de l'être forme une chaîne qui part de la matière brute et va vers Dieu. L'homme se situe vers le milieu de cette création.

Après la mort, tout être se métamorphose et revit une existence basée sur la précédente. Ainsi l'âme d'un criminel passe dans le corps d'un animal vil, tel que le crapaud, ou l'araignée. Par contraste, l'homme bon devient au contraire un chevalier, un mage, un poète ou, plus haut encore, un ange.

Tout l'être, toute la création progresse toutefois vers la rédemption universelle, les êtres vils par la souffrance et les êtres bons par l'action.

L'oeuvre de Hugo est ainsi une vaste tentative de retracer l'épopée humaine par le roman (Notre Dame de Paris, 1831; Les Misérables, 1862), le théâtre (Cromwell, 1827; Hernani, 1830), la poésie (Les Châtiments, 1853; Les Contemplations, 1856; La Légende des siècles. 1859), "afin de présenter la marche du mal au bien, de l'injuste au juste, du faux au vrai, de la pourriture à la vie, de la bestialité au devoir, de l'enfer au ciel, du néant à Dieu" (Les Misérables).

Victor Hugo a été vivement critiqué par ses successeurs, tels que Claudel, ou Gide; ce dernier, à qui on demandait qui était le plus grand poète français, a répondu : "Victor Hugo, hélas !". Toutefois, l'oeuvre de Hugo reste aujourd'hui un pôle majeur de la littérature française. La création hugolienne, romantique et baroque, continue d'étonner par son extraordinaire vivacité. Victor Hugo demeure le plus populaire des auteurs français, le public a aimé et continue d'aimer les tableaux simples et éloquents qu'il peint de la condition et des sentiments humains qu'il observe et décrit avec vérité.

 

 

home | French at HKU

© Denis C. Meyer-2009