François René
de
Chateaubriand
(1768-1848)

Histoire 19e
19e siècle
Romantisme
Chateaubriand
Lamartine
Hugo
Balzac
Stendhal
Nerval
Baudelaire
Flaubert
Réalisme
Maupassant
Naturalisme
Verlaine
Rimbaud
Mallarmé

 

Le devenir de l'histoire

Chateaubriand, né d'une famille de l'aristocratie bretonne, se présente lui-même comme un lien entre l'Ancien et le Nouveau régime. Ainsi, le temps devient un élément-clé de sa réflexion philosophique : "Le monde actuel semble placé entre deux impossibilités, l'impossibilité du passé, l'impossibilité de l'avenir" (Mémoires d'Outre-Tombe).

Le Génie du Christianisme (1802) est au coeur de sa conversion à cette religion, en 1798. Mais plutôt qu'une démonstration convaincante de la supériorité du christianisme sur les autres religions, Chateaubriand établit une oeuvre littéraire sur le christianisme, qu'il considère comme la religion "la plus poétique, la plus humaine, la plus favorable à la liberté, aux arts et aux lettres". L'excellente réception du livre par le public le doit plus au style et à l'esprit de l'auteur qu'à la rigueur de ses arguments.

L'ouvrage-clé de Chateaubriand, ce sont les Mémoires d'Outre-Tombe (1849-1850), qui ne seront publiées qu'après sa mort. Ces Mémoires sont en fait les mémoires de l'auteur lui-même, achevées en 1841, et qu'il traite en trois grandes parties : "Mon drame se divise en trois actes : depuis ma première jeunesse jusqu'en 1800, j'ai été soldat et voyageur [il s'est rendu aux Etats-Unis en 1791]; depuis 1800 jusqu'en 1814, sous le Consulat et l''Empire, ma vie a été littéraire; de la Restauration jusqu'aujourd'hui ma vie a été politique". L'ouvrage comprend toutefois une quatrième partie, qui constitue une sorte de synthèse aux trois premières.

En même temps que ces différentes phases de sa vie que Chateaubriand décrit, c'est l'Histoire qui est le contexte de sa narration. Le récit est composé de tableaux successifs: Les Etats-Unis et son avenir, la Révolution française, le Consulat. On y trouve également des portraits exhaustifs : Napoléon (qui occupe la moitié de la troisième partie), Thiers, Talleyrand.

Chateaubriand est ainsi le premier écrivain à tenter de rendre compte du devenir historique : "Si je compare deux globes terrestres, l'un du commencement, l'autre de la fin de ma vie, je ne les reconnais plus." Chateaubriand ouvre ainsi la voie à la littérature moderne où la personnalité de l'écrivain s'exprime et tente de se traduire au moyen de l'écriture. Il annonce, plusieurs décennies plus tard, l'oeuvre de mémoire de Marcel Proust.

Chateaubriand meurt le 4 juillet 1848, à quatre-vingts ans. Ses obsèques solennelles ont lieu à Saint-Malo, dans sa Bretagne natale : il est inhumé sur le rocher du Grand Bé à Saint-Malo, face à l'océan. Sur sa tombe, on peut lire cet épitaphe :

Un grand écrivain français
a voulu reposer ici
pour n'entendre que la mer et le vent.
Passant,
respecte sa dernière volonté.

"C'est dans les bois de Combourg que je suis devenu ce que je suis, que j'ai commencé à sentir la première atteinte de cet ennui que j'ai trainé toute ma vie, de cette tristesse qui a fait mon tourment et ma félicité."

(Mémoires d'outre-tombe, t. I, liv. III, chap. XVI)

 

 

home | French at HKU

© Denis C. Meyer-2009