19e siècle

Histoire 19e
19e siècle
Romantisme
Chateaubriand
Lamartine
Hugo
Balzac
Stendhal
Nerval
Baudelaire
Flaubert
Réalisme
Maupassant
Naturalisme
Verlaine
Rimbaud
Mallarmé

 

 

Le 19e siècle semble avoir duré plus de cent ans si l'on considère les deux événements majeurs dont l'un ouvre et l'autre ferme ce segment de l'histoire de France : la Révolution de 1789 et le début de la première guerre mondiale, en 1914. Le premier événement marque la fin de l'Ancien Régime dans un pays qui a été gouverné par des dynasties royales depuis le Moyen-Age. Le second précipite la France dans une nouvelle ère des relations internationales où le pays doit trouver sa place.

Depuis la fin de l'Ancien Régime, la France du 19e siècle a traversé de nombreuses crises : trois révolutions et toutes les formes de gouvernement : un consulat, deux empires, trois monarchies et deux républiques. De 1789 à 1830 seulement, la France a fait l'expérience de ces quatre régimes.

Roman

La production littéraire au 19e siècle voit surtout l'émergence du roman comme genre intègre et reconnu. Déjà en 1760, le premier roman autobiographique, Julie ou La Nouvelle Héloïse, de Jean-Jacques Rousseau, annonçait le passage à la subjectivité, c'est-à-dire à la transposition littéraire d'une histoire personnelle, d'une expérience singulière, en histoire fictive. Le roman de la période romantique cherche à rompre avec la forme classique, pourtant assez peu développée. Le nouveau style attache une importance au détail, "aux petits faits vrais sur une passion, sur une situation de la vie" (Stendhal). L'auteur affirme sa présence par le biais autobiographique. L'Adolphe (1806) de Benjamin Constant est la transposition littéraire d'une expérience personnelle de l'auteur, le récit d'un amour vécu, sous une forme recomposée.

Sous l'influence de l'écrivain écossais Walter Scott, une vague du roman historique a lieu entre 1815 et 1830, illustrée notamment par des écrivains comme Hugo, Balzac, Vigny ou Mérimée. Selon la manière de Scott, l'histoire, au lieu d'être narrée, comme le fait ordinairement un récit, est mise en scène, dramatisée, les dialogues remplaçant l'analyse. Notre Dame de Paris (Hugo), Les Chouans (Balzac) représentent différentes styles de ce roman historique, selon la sensibilité particulière de leur auteur. Une autre tendance, le roman fantastique, est illustrée par Aloysius Bertrand (Gaspar de la Nuit, 1841) et Gérard de Nerval (Les Filles du Feu, 1854, Aurélia, 1855).

Théâtre

Le théâtre est aussi "la scène" d'une réforme littéraire; d'abord d'inspiration historique, la tragédie s'oriente vers le drame romantique qui remet en question les "unités" de la tragédie classique, généralement divisée en "tableaux". Les romantiques privilégient au contraire la narration et la description. Par ailleurs, les thèmes de la tragédie évoluent également : au lieu du référent étranger et lointain de l'oeuvre classique (e.g., la Grèce antique), les romantiques s'intéressent à la société contemporaine et n'hésitent pas à utiliser des sujets qui marquent leur époque.

Finalement, dans ce qu'on appeler un choc des genres, les scènes tragiques se mêlent aux scènes comiques. Parmi les dramaturges les plus notoires, on peut citer Alexandre Dumas père (Antony, 1831), Alfred de Vigny (Chatterton, 1835) et Victor Hugo, (Hernani, 1830).

Poésie

Genre pratiquement abandonné au 18e siècle, la poésie, lieu naturel de l'expression du moi et de la subjectivité, retrouve une place centrale avec les romantiques, au coeur de l'expérience humaine. En même temps, conformément à l'esprit anti-classique du 19e siècle, la poésie se libère peu à peu des formes contraignantes en accordant plus de souplesse dans l'écriture du vers : les coupes, les cadences et les rimes sont moins riches, annonçant la fracture plus fondamentale qui aura lieu plus tard dans le siècle avec Rimbaud et Mallarmé notamment.

C'est probablement Lamartine, qui décrit l'angoisse de la vie et la fragilité humaine, qui illustre le mieux la nature de la poésie romantique au début du siècle.

 

home | French at HKU

© Denis C. Meyer-2009