François
de Tessan

 

 

 

François de Tessan (1883-1944) a été journaliste, écrivain, député à l’Assemblée nationale et a participé à plusieurs gouvernements dans les années 30. Il est mort en déportation au camp de Buchenwald en avril 1944. Le texte suivant est extrait de l’un de ses deux ouvrages sur le Japon, où il a séjourné juste avant la Première Guerre mondiale de 1914-18. De Tessan y expose le point de vue japonais sur la suprématie occidentale d’après un article paru dans la presse japonaise et qu’il rapporte avoir lu.

 

Les Japonais face au péril blanc
(1918)

[Les Japonais] ont beau fournir en paroles des preuves touchantes d’humilité, ils ne songent pas un instant qu’une autre race puisse égaler celle de la race jaune.

J’ai noté un article typique de Kokumin, dont la forme est virulente et l’expression superlative, où l’albinocratie, le péril blanc, est ainsi dénoncée :

« Pendant longtemps les hommes blancs se sont comportés comme si le monde leur appartenait. Depuis la domination grecque et romaine, ils ont agi en se croyant les mandataires spécialement choisis par la divinité. Entre la chute de Rome et le commencement de l’histoire moderne, l’Europe a été à plusieurs reprises envahie par les Mongols, les Turcs et d’autres races qui étaient un sujet de terreur pour les blancs. Mais durant les trois derniers siècles, ils ont établi leur suprématie, et aucune autre nation n’ayant discuté leur puissance, ils ont naturellement formé une « albinocratie ». Leur orgueil les invite à l’intolérance  religieuse à l’égard des autres peuples qu’ils appellent païens, alors qu’ils se considèrent comme les élus de Dieu. Mais quand les autres races acceptent le christianisme, sont-elles traitées sur un pied d’égalité ? L’histoire répond emphatiquement par la négative. Leur conversion paraît un signe de faiblesse.

«  Si les guerres de 1894-95, de 1900, de 1904-05 n’avaient point éclaté, et si tous les Japonais avaient embrassé le christianisme, est-il permis de supposer que cela aurait permis à notre pays d’obtenir une révision des traités ? L’abandon des anciennes religions nous eût-il octroyé la place que nous occupons aujourd'hui dans le monde ? Assurément non… Notre position, nous la devons à un autre évangile de la force… Le développement d’une albinocratie mondiale doit être attribué autant au manque de courage moral des autres races qu’à la présomption des blancs. Les hommes de couleur sont venus d’eux-mêmes se ranger sous sa honteuse domination, plutôt qu’ils n’y ont été réduits par les vainqueurs. Il n’y a donc pas lieu de se déclarer l’ennemi de la race blanche, mais au nom de l’humanité et de la justice nous devons abolir l’albinocratie et établir des relations équitables entre les différentes races. »

Le Kokumin ajoute que ce n’est pas par l’agitation anti-étrangère et par l’appel aux armes qu’on remédiera à cette situation. C’est par une résistance pleine de dignité et par une propagande acharnée parmi les races de couleur. « Il est temps de rappeler la race blanche, conclut-il, à ses justes proportions et de répandre dans le monde l’esprit de justice. »

Ces choses-là, les Nippons les pensent presque tous. Et quand ils vous reçoivent, le sourire aux lèvres, ils les repassent dans leur mémoire, très poliment.

 

Par les chemins japonais – Essai sur le vieux et le jeune Japon, Plon, Paris, 1918.

 

 

home | French at HKU

© Denis C. Meyer-2016