Axelle Red

 

 


Elle danse seule - 1993

Ici rien ne se passe
Pas même le temps
Les blessures s'effacent
Lentement

Elle attend le jour
Elle en rêve la nuit
Elle revit son amour
Avec lui

Il n'aurait jamais pu croire
Qu'il était son dernier espoir

Elle danse seule
Elle parle avec son ombre
Elle danse seule
Elle entend sa voix répondre
Et elle s'endort comme ça
Contre le sol trop froid
Elle danse seule

Elle dit qu'il reviendra
Qu'il la fera revivre
Elle est prête déjà
Pour le suivre

Mais à trop regarder
Le bout de cette route
Ces yeux sont fatigués
Par le doute

Comment aurait-il pu croire
Qu'il était son dernier espoir

Elle danse seule
Elle se sourit dans la glace
Elle danse seule
Avec ces bras qui l'enlacent
Et elle s'endort comme ça
Contre le sol trop froid
Elle danse seule

Si seule

Il n'aurait jamais pu croire
Qu'il était son dernier espoir

Elle danse seule
Elle parle avec son ombre
Elle danse seule
Elle entend sa voix répondre
Et elle s'endort comme ça
Contre le sol trop froid
Elle danse seule


Rester femme - 1996

Laisse-moi rester femme
Laisse-moi rester femme
Je ferai tout pour t'encourager
Ne pas t'étouffer
Pour que tu m'aimes
Je donnerai tout le temps qu'il faudra

Je porterai plus que mes bas noirs
Je ne te demanderai plus de m'appeler
Quand tu rentres tard

Et même si je voulais savoir
Où tu es et qui tu vois, qui te sépare de moi
Je ferais semblant de croire tes mensonges
Et j'aime autant fuir les gens que ça dérange
Mais laisse-moi rester femme
Ne fût-ce qu'en larmes

J'abandonnerai mes séries à savon
Je ne te comparerai plus aux héros

De mes pulp fictions
Oh non
Mes discours de sécurité
Appartiennent au passé

Et même si je voulais savoir
Où tu es et qui tu vois, qui te sépare de moi
Je ferais semblant de croire tes mensonges
Et j'aime autant fuir les gens que ça dérange
Mais laisse-moi rester femme
Laisse-moi rester femme
Sans arme

Laisse-moi rester femme
Laisse-moi rester femme
Je ferai tout pour t'encourager
Ne pas t'étouffer
Pour que tu m'aimes
Pour que tu m'aimes
Pour que tu m'aimes


Mon café - 1996

Seule sur une terrasse à l'aube
Je bois mon café
Seule sur une terrasse à l'aube
En train de rêvasser
J'observe les gens
A moitié en sommeil
Je perds mon temps
J'attends le soleil

Seule sur une terrasse à l'aube
Je bois mon café
Cinq heures du matin déjà
Et je me sens barbouillée
M'en voulez pas
Si je me rends fragile
Mais comme des compiles
Je n'ai plus de cohérence

Laisse-moi boire mon café
Laisse-moi boire mon café, yeah
Laisse-moi boire mon café
Laisse-moi boire mon café, yeah
Let me drink my coffee
Let me drink my coffee, yeah
Let me drink my coffee
Let me drink my coffee, yeah

Seule sur une terrasse à l'aube
Je bois mon passé
Seule sur une terrasse où personne
Ne s'en serait douté
M'en voulez pas
Si j'ai voulu glander
Mais rien ne m'attend
A part mon café

Dire qu'hier encore la vie me semblait si bien
Dire qu'hier encore le pire me semblait loin

Laisse-moi boire mon café
Laisse-moi boire mon café, yeah
Laisse-moi boire mon café
Laisse-moi boire mon café, yeah

Quand je me vois
Ainsi seule, si ensoleillée
Moi je me vois
A l'abri de la réalité
Quand je me vois
Ainsi seule et si réveillée
... si fatiguée

Dire qu'hier encore la vie me semblait si bien
Dire qu'hier encore l'avenir me disait : "viens"
Dire qu'hier encore la vie me semblait si bien
Dire qu'hier encore le pire me semblait loin

Laisse-moi boire mon café
Laisse-moi boire mon café, yeah
Laisse-moi boire mon café
Laisse-moi boire mon café, yeah
Let me drink my coffee,
Let me drink my coffee, yeah

Laisse-moi boire mon café
Laisse-moi boire mon café, yeah


A quoi ça sert - 1996

Bien souvent je me demande
Le but de ces efforts
Le but de tout vouloir apprendre
De bouleverser mon sort

Je cours après la perfection
Mais je ne peux plus avancer
Non plus m'arrêter

A quoi ça sert
Ces sentiments profonds, oh non
Je me sens de travers
A force de voir mon monde à l'envers
Faut que je cesse de m'inventer des questions
Non
A quoi ça sert

Toutes ces nuits je me tourmente
Je me culpabilise
Des visions de bonheur qui me hantent
Les gens me stigmatisent

Cette soif d'autodéfense me grise
Je n'arrive pas à desaoûler
Ni à me défouler

A quoi ça sert
Ces sentiments profonds, oh non
A quoi ça sert
De me gaver de ces goûts éphémères
De vouloir me redorer le blason
Non
A quoi ça sert
A quoi ça sert

Saisis ta chance
Dit ma conscience
Faut que je fasse quelque chose
Avant que je n'explose

A quoi ça sert
Mes sentiments profonds, oh non
Je me sens de travers
A force de voir mon monde à l'envers
Faut que je cesse de m'inventer des questions
Non
A quoi ça sert
Je n'ai plus de repère
A quoi ça sert


C'était 1996

Je me souviens encore
quand tout nous semblait possible
on jouait dehors
on se foutait d'être crédible

si un jour on me demandait
quel était le plus beau moment de ma vie

Oh c'était si différent
pas besoin de montrer qui on était c'était

oh tellement plus convaincant
pourtant on jurait de ne jamais devenir comme ils sont

devenir comme ils sont

On caressait nos rêves
on en avait du talent
aujourd'hui on crève
parce qu'on n'a pas eu le bras long

si un jour on pouvait me rendre
l'illusion du plus beau moment de ma vie

Oh c'était si différent
comme on ignorait l'existence du regret c'était
oh tellement plus convaincant
pourtant on jurait que jamais on s'intègrerait

oh j'aimais cette insolence
même si on abusait de l'indulgence c'était
oh c'était différent
pourtant on jurait de ne jamais devenir comme ils sont

Je me rappelle que le temps m'agaçait
je me rappelle de ces gens qui passait
je les voyais en couleur
rouge était comme ma soeur que j'imitais

bleu comme à peu près tout ce que je détestais

puis le rose c'était toi
comme si t'y étais déjà

Je me souviens encore
quand on vivait à outrance
des fois on perdait le nord
au moins c'était plus intense

Oh c'était si différent
pas besoin de montrer qui on était c'était
oh tellement plus convaincant
pourtant on jurait que jamais on s'intègrerait

oh j'aimais cette insolence
même si on abusait de l'indulgence c'était
oh c'était différent
pourtant on jurait de ne jamais devenir comme ils sont

devenir comme ils sont


Bimbo à moi - 1999

approche-toi de moi
mon beau bimbo à moi
je promets que tu ne le

regretteras pas

je t'avais aperçu
c'est pas très difficile
comme tu bats des cils
il n'y en a pas 36 mille

bimbo à moi
bimbo à moi

j'ai rarement vu une créature
oh mais quelle allure
j'adore ta chevelure
sans parler de ta carrure

si tu continues à bouger
comme tu bouges
tes hanches me mènent aux anges
je finirai toute rouge

bimbo à moi
bimbo à moi

est-ce qu'on se lovera
seras-tu ma proie
qui saura

approche-toi encore
un petit peu de moi
eh oui je te drague
mais je ne mords pas

si tu continues à danser
comme tu danses
t'auras toutes les disquettes
de la piste en transe

bimbo à moi
bimbo à moi

est-ce qu'on se lovera
seras-tu ma proie
qui saura

bimbo à moi
bimbo à moi
mon travolta

je pourrais te payer au verre
c'est comme tu préfères
parler pendant des heures
même t'offrir des fleurs

mais que faire pour avoir
ton numéro de téléphone
que dire à ta maman
qui répond quand je sonne

bimbo à moi
bimbo à moi

si tu continues à mouver
comme tu mouves
il faudra que tu prouves
ton nom de Mr groove

pourquoi pas faire un tour
dans ma bagnole à moi
faut juste qu'on s'arrête
pour acheter tu sais quoi

bimbo à moi
bimbo à moi

mais est-ce qu'on se lovera
seras-tu ma proie
et est-ce qu'on s'rappellera
qui saura

bimbo à moi
en tout cas
pas sans pyjama
long ce ne sera pas
.

back to French Songs and Lyrics